Accueil » Economie » Entreprenariat » Survie de la filière textile au Sénégal : le combat de la designer textile Aïssa Dione !

Survie de la filière textile au Sénégal : le combat de la designer textile Aïssa Dione !

Avec ses tissus et ses meubles contemporains, fabriqués selon des techniques traditionnelles, la créatrice Aïssa Dione a conquis les plus grands couturiers et décorateurs à travers le monde. On le dit, nul n’est prophète chez soi, mais Aïssa est aussi prophétesse chez elle au Sénégal. De grands hôtels lui confient le relooking de leur décoration et elle fait travailler une centaine de personne dans ses deux ateliers de production. La video ci-dessous nous en dit plus long sur le savoir-faire et la bravoure de cette grande dame à qui nous rendons hommage en ce mois de la femme.

Tout a commencé “par un coup de bluff”, raconte Aïssa Dione. En 1985, la jeune artiste-peintre installée à Dakar tente de vendre ses oeuvres à Pierre Babacar Kama, grand patron des Industries chimiques du Sénégal (ICS). L’homme d’affaires lui répond qu’il préférerait que ses bureaux bénéficient d’un lifting.

tissus Aissa Dione

tissus Aissa Dione

“Bien que n’ayant aucune expérience dans ce domaine, se souvient-elle en souriant, je lui ai répondu : “Je m’en occupe !”” Elle se met alors au travail, aidée par le tisserand de sa grand-mère. En quelques mois, tous les fauteuils et meubles du siège d’ICS étaient refaits, leur PDG comblé, et la jeune femme convaincue d’avoir trouvé sa voie.

Près de trente ans plus tard, cette élégante femme de 62 ans est à la tête d’Aïssa Dione Tissus (ADT), une entreprise florissante réputée dans le milieu international du luxe et de la décoration haut de gamme. Sa spécialité : des tissus et des meubles contemporains réalisés selon des techniques ancestrales. Fabriqués à Dakar grâce aux savoir-faire traditionnels mandjaques, ses produits se vendent aussi bien au Bon Marché, le plus chic des grands magasins parisiens, que dans des showrooms new-yorkais ou des concept stores lagosiens.

sacs et pochettes label Aïssa Dione

sacs et pochettes label Aïssa Dione

Cette réussite économique et artistique repose aussi sur un credo politique : “Je veux prouver qu’il est possible de consommer sénégalais, explique la créatrice. En Afrique, nous produisons des tas de matières premières – coton, bois, cacao, diamants… -, mais nous ne fabriquons quasiment rien. Avec cette entreprise, nous démontrons que nous savons transformer ces richesses nous-mêmes, en ciblant la qualité.

Fervente promotrice du made in Senegal

Les tissus et les meubles de cette fervente promotrice du made in Senegal sont fabriqués dans les deux ateliers de l’entreprise. L’un est situé dans le centre de Dakar et l’autre à Rufisque (à 25 km de la capitale). Chacun emploie une cinquantaine d’ouvriers qualifiés : tisserands oeuvrant sur des métiers traditionnels ou mécaniques, teinturiers, menuisiers, tapissiers… Quand elle ne voyage pas, c’est là, au milieu du cliquetis des machines, qu’Aïssa Dione passe une grande partie de ses journées.

Dans sa manufacture dakaroise, elle va de poste en poste pour s’assurer que tout va bien, vérifiant le travail de l’un, prenant des nouvelles d’un autre ou donnant son avis sur les courbes d’une table basse. Née à Nevers, en France, d’un père sénégalais et d’une mère française, celle qui se définit comme une “designer textile” a toujours eu la fibre artistique. Une passion qui ne l’a pas quittée, comme en témoignent les nombreuses expositions qu’elle organise régulièrement dans sa villa d’un quartier huppé de la capitale. Après un passage par l’école des beaux-arts de Chelles, elle s’envole pour le Sénégal à l’âge de 20 ans, avec la ferme intention d’y faire carrière.

Aïssa Dione a réalisé des tissus pour les couturiers Christian Lacroix, Louis Féraud, Paco Rabanne et la maison Hermès.

pagnes tissés pour le King Fahd Palace

pagnes tissés pour le King Fahd Palace

Son “coup de bluff” la mènera donc vers le tissage et la filière coton, qu’elle verra progressivement décliner depuis le lancement de son entreprise, en 1992. “Entre les années 1970 et 1990, on comptait 70 000 emplois dans le secteur. Aujourd’hui, nous sommes la dernière société sénégalaise à produire du textile, déplore-t-elle. Le comble, c’est que nous sommes désormais obligés d’importer du fil égyptien pour continuer de fabriquer nos produits !” Dotée d’un solide réseau, la dynamique femme d’affaires travaille d’ailleurs, en coopération avec les autorités, sur un business plan visant à relancer la filière coton au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

Les difficultés du secteur ne l’ont cependant pas empêchée de faire ce qu’elle voulait : “Monter une société sénégalaise connue à l’étranger, tout en pérennisant le savoir-faire national.” Les affaires tout comme la cote de l’entreprise sont vite montées en flèche. Elle a réalisé des tissus pour les couturiers Christian Lacroix, Louis Féraud, Paco Rabanne et la maison Hermès.

Elle travaille aussi avec les plus grands décorateurs (Christian Liaigre, Jacques Grange, Peter Marino…) et vient d’assurer le réaménagement des 68 suites de l’hôtel King Fahd de Dakar, qui accueillera une bonne partie des chefs d’État et de gouvernement lors du sommet de la Francophonie, fin novembre 2014. “Il faut bien que nos présidents s’assoient dans de jolis fauteuils fabriqués dans leurs pays !” s’esclaffe-t-elle. Business artistique et engagement politique : la formule magique d’Aïssa Dione.

1 Comment

  1. KINTAMBU dit :

    Bsr ma chère maman aussi, en tout cas je suis très content du fait que vous avez réussi en tant que femme ds le domaine du textile et de l’ameublement;et surtout vous avez valoriser notre tradition africaine.Nous(noir) nous avons longtemps cru qu’en imitant imbecilement les occidentaux nous allons nous en sortir mais vous vous avez cru à nos traditions ancestrales et aujourd’hui vous êtes devenue amie de l’humanité.
    Je vous demande seulement de former les gens afin que vous n’allait pas dans tombe avec vos expertise issue de la pure tradition africaine. Autrement dit je souhaite que vous puissiez créé s’il y a possibilité une ÉCOLE DE FORMATION POUR TISSERANDS afin que nous puissions ne fût-ce que avoir une indépendance vis-à-vis des occidentaux et Asiatiques ds ce domaine. Car l’Afrique à des choses merveilleuses à proposer au monde.

    Moi c’est MR KINTAMBU MAFUKU de la Rep.Dem.Congo/KINSHASA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login