Accueil » Religion » Connaissances et pratiques religieuses » Salomon, le prophète-roi qui commandait le vent…

Salomon, le prophète-roi qui commandait le vent…

Salomon, fils de David, avait repris le flambeau de son père et régna sur les Israéliens. Dieu lui avait soumis les êtres humains et les djinns, les oiseaux et le vent. Allah l’avait choisi aussi pour être un Prophète. Salomon avait demandé à son Seigneur de le favoriser en lui donnant un royaume qu’aucun autre homme après lui n’aura. Dieu lui accorda cette faveur.

Quand Salomon, que le Salut de Dieu soit sur lui, sortait de chez lui pour aller à son conseil, les oiseaux se penchaient sur lui, les djinns et les hommes se levaient à son passage, jusqu’à ce qu’il s’asseye. C’est la faveur de Dieu qui en a fait un homme sage et respecté par toutes les créatures. Dieu Tout-Puissant accorde Ses faveurs à qui Il veut parmi Ses créatures sans compter.

Salomon était blanc de peau, le visage ouvert et rayonnant. Il aimait porter les vêtements blancs. Quand son père était au pouvoir, il lui apprenait tout ce qu’il savait et quand il devint lui-même adulte, son père le sollicitait pour des conseils.

Parmi ce que rapporte le Saint Coran, nous trouvons beaucoup de choses liées aux affaires du pouvoir comme ces versets où on peut lire : « Et David, et Salomon, quand ils eurent à juger au sujet d´un champ cultivé où des moutons appartenant à une peuplade étaient allés paître, la nuit. Et Nous étions témoin de leur jugement. Nous la fîmes comprendre à Salomon. Et à chacun Nous donnâmes la faculté de juger et le savoir. » (Coran 21.78)

Les moutons s’étaient en effet dispersées dans un champ de vignes et avaient saccagé les récoltes. David voulait, en guise de compensation, donner les moutons au propriétaire du champ, mais Salomon lui suggéra autre chose : « Si nous donnions le champ au propriétaire des moutons, qu’il le travaille jusqu’à ce que les récoltes repoussent comme avant ; et entre-temps, les moutons restent chez le propriétaire du champ pour qu’il en profite et en vive jusqu’à ce qu’il récupère son champ dans le même état avant d’être saccagé. »

Salomon ne pouvait pas entendre parler d’un gouverneur ou d’un roi, à quelque distance qu’il soit, et qui gouverne selon une loi contraire à la loi de Dieu Tout-Puissant, sans qu’il n’aille le combattre. Il était pour cette raison en guerre presque permanente. Comme tous les éléments de la nature lui étaient soumis, il se préparait pour les batailles de façon très étudiée et très détaillée. Il mettait sur des engins en bois tout ce dont il avait besoin en terme de soldats, de bêtes et d’artillerie et ordonnait ensuite au vent de se soulever pour le porter là où il voulait : « Nous lui assujettîmes alors le vent qui, par son ordre, soufflait modérément partout où il voulait. » (Coran 38.36)

Dans une de ses batailles, Salomon avait réuni tous les oiseaux et désigné à la tête de chaque espèce un chef parmi eux, pour l’interroger en cas de besoin et ne pas s’adresser à toute l’espèce. Voulant savoir à quelle distance ils étaient d’un point d’eau, il posa la question aux hommes puis aux djinns, qui répondirent tous deux qu’ils ne savaient pas. Salomon dit alors : « Je ne quitterai pas cet endroit jusqu’à ce que je sache où se trouve le point d’eau le plus proche. »

Sa colère effraya ses sujets qui lui dirent alors : « Ne te mets pas en colère, ô Prophète, tout ce que tu veux savoir sur l’eau, il n’y a pas mieux que la huppe pour t’en informer. » Il la chercha alors, mais ne la trouvant pas parmi ses troupes, sa colère grandit encore plus : « Pourquoi ne vois-je pas la huppe ? Est-elle parmi les absents ? Je la châtierai sévèrement ! ou je l´égorgerai ! ou bien elle m´apportera un argument explicite. » (Coran 27.21)

La huppe arriva à ce moment-là et lui donna une information tellement importante qu’il en oublia sa colère : elle lui rapporta qu’elle était passée au-dessus d’un palais qu’habitait une reine nommée Balqis au Yémen. Elle était la reine d’un peuple nommé les Saba. Elle a vu également un jardin derrière le palais et s’y dirigea.

Elle y trouva une huppe comme elle, mais qui ne connaissait pas Salomon ! Alors, la huppe de Salomon lui parla de son Prophète à qui étaient soumis les hommes, les djinns, les oiseaux et le vent.

La huppe de Balqis, prise d’étonnement, lui dit qu’elle aussi avait une nouvelle étonnante à lui apprendre : Nous sommes ici parmi un peuple qui est très nombreux, mais c’est quand même une femme qui est leur reine : « Elle est comblée de tous les biens, et qu´elle a un trône magnifique. » (Coran 27.23) Mais ce peuple se prosterne devant le Soleil.

A ce moment-là, la huppe de Salomon se rendit compte qu’elle s’était trop absentée et qu’elle devait rejoindre les rangs de son roi. En arrivant près du campement de Salomon, les autres oiseaux vinrent à sa rencontre et l’avertirent de la menace proférée par son roi contre elle. La huppe, tremblante, se rappela que Salomon faisait enlever toutes les plumes aux oiseaux qu’il voulait châtier, les condamnant ainsi à la déchéance ou bien il les égorgeait.

Intelligente, la huppe voulut savoir s’il y avait une porte laissée au salut du fauteur ou non. Quand elle sut qu’une bonne excuse pouvait la sauver, la huppe respira et se présenta la tête et la queue basses devant son maître. Elle dit aussitôt : « J’ai pour toi une nouvelle que tu ne connais pas, et j’ai découvert un secret qui t’es resté inconnu. »

Salomon s’apaisa et la huppe commença à parler de ce qu’elle venait de découvrir : Ô Prophète de Dieu, j’ai trouvé que le peuple des Saba était dirigé par une reine nommée Balqis et qui « est comblée de tous les biens, et qu´elle a un trône magnifique. » (Coran 27.23)

Mais Satan les a soumis à ses désirs et c’est pour cela qu’ils se prosternent devant le soleil, ignorant qu’il y a un Dieu Tout-Puissant qui n’a pas d’associés, qui donne les récoltes et l’eau, « Allah! Point de divinité à part Lui, le Seigneur du Trône Immense. » (Coran 27.26)

Son trône est éblouissant tellement il est orné d’or, de diamants et de perles.

A suivre…

Ci-dessous nos 10 derniers noms suprêmes. Bonne mémorisation !

Ad-Dār الضار Qui peut nuire (à ceux qui L’offensent)

An-Nāfi’ النافع L’Utile

An-Nūr النور La Lumière

Al-Hādi الهادي Le Guide

Al-Badī’ البديع L’inventeur

Al-Baqi الباقي Le Permanent

Al-Wārith الوارث L’Héritier

Ar-Rashīd الرشيد Qui agit avec droiture

As-Sabur الصبور Le Patient

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login