Accueil » Société » Portraits » PREMIERE POLYTECHNICIENNE DU SENEGAL : QUI EST MAIMOUNA NDOYE SECK MINISTRE DU TOURISME

PREMIERE POLYTECHNICIENNE DU SENEGAL : QUI EST MAIMOUNA NDOYE SECK MINISTRE DU TOURISME

Elle faisait partie de la race des surdouées dont les noms sont inscrits au Panthéon du savoir sénégalais. Première fille à être admise à l’Ecole polytechnique de Thiès, au moment où les mathématiques sont  considérées comme la chasse gardée des hommes, Maïmouna Ndoye  fait son entrée fracassante dans le saint des saints comme première femme polytechnicienne du Sénégal. L’Ecole Polytechnique étant sous la tutelle du ministère des Forces armées, elle deviendra la première femme  incorporée dans la grande muette.

Ingénieure de conception en génie mécanique et major de sa promotion,  Maïmouna Ndoye  Seck peut bien  être citée en exemple, pour susciter l’engouement des filles pour l’enseignement des sciences.

Maïmouna Ndoye Seck n’en est pas moins une épouse modèle, une maman poule. Déjà, entrer à Polytechnique était un défi et pour une femme, c’était presque un vœu pieux. D’autres auraient bombé le torse, mais celle qu’on a fini de rebaptiser «Madame rigueur» préfère se la jouer modeste.  Issue d’une famille léboue traditionnaliste et très portée sur les valeurs ancestrales, elle alliera études et travaux ménagers. «Je n’ai jamais été assimilée. En tant que femme léboue, on travaillait beaucoup. On nous apprend comment tenir une maison. Pendant les vacances, c’est nous qui faisions les travaux ménagers», confie-t-elle.

Sa promo reçue par le Président Abdou Diouf

Sa promo reçue par le Président Abdou Diouf

Les femmes sont naturellement des mathématiciennes

Entre 1969 et  1975, la petite Maïmouna à la noirceur d’ébène fera un cursus normal à l’école Colobane 1, actuelle école Ibrahima Bèye. «Je ne suis pas issue d’une famille bourgeoise. J’ai donc fréquenté l’école publique. J’étais  une élève normale, pas turbulente, calme et réservée», se souvient-elle. Puis, la longiligne demoiselle fait cap sur le collège CMT, devenu Martin Luther King, pour poursuivre ses études moyennes. C’est là véritablement que le génie va se réveiller en elle. Malgré son amour pour les lettres, son penchant pour les sciences se précise. C’est en classe de 4ème qu’elle prendra le large et se distinguera comme une grande matheuse. «Je ne  suis pas d’accord quand on dit que les maths ne sont pas faites pour les femmes.  Nous faisons des maths tous les jours, sans peut-être le savoir. Quand on cuisine  pour 6 personnes, on vous dit que 5 autres viendront déjeuner, vous faites des maths  pour mesurer. En portant une calebasse d’eau, vous faites des maths en posant le centre de gravité sur la tête, dit-elle. C’est que pour cette fille d’un fonctionnaire  et d’une ménagère, la gent féminine a des dispositions naturelles pour briller dans les matières scientifiques. «Après le Cmt, on est destiné à faire la série G 2 au lycée Maurice Delafosse où  les plus brillants devenaient comptables et les autres des secrétaires», renseigne celle qui rêvait de devenir architecte.  Le choix était  tout fait, mais il faut compter avec Lamine Bâ, son professeur de Maths et de Sciences de la 6ème à la 3ème, qui la surveillait comme du lait sur le feu : «Nous avions déjà fait nos choix. Il est venu déchirer les fiches devant nous et nous demander d’opter pour la série E (sciences et techniques). Monsieur Lamine Bâ a joué un rôle fondamental dans ma carrière, car c’est lui qui a fait le choix pour moi».  Première de sa classe, elle obtient la mention Assez bien au baccalauréat  et réussit au concours d’entrée à l’Ecole Polytechnique  en 1982.

Première femme incorporée dans l’armée
première femme dans l'armée en tant que polytechnicienne

première femme dans l’armée en tant que polytechnicienne

Terminées les matinées bien arrosées entre camarades, les soirées dansantes où elle faisait montre d’un talent de danseuse invétérée. Voilà Maïmouna Ndoye sur le chemin de Thiès pour 5 ans d’études, dans un environnement mâle où elle est la seule à défendre son genre. «L’école était militaire, mais elle n’était pas prête à recevoir des filles. On a eu du mal à me trouver une chambre, parce que les chambres étaient mixtes», se souvient-elle.  Là, elle connaîtra la vie de caserne et  se liera d’amitié avec  des garçons,  devenus «plus que des frères», sous le regard vigilant du colonel Sidibouya Ndiaye, alors directeur de l’école.

Ancienne directrice de cabinet du ministre de l’Energie, ancienne conseillère à la Primature, elle a eu plusieurs cordes à son arc. Qu’à cela ne tienne, elle prend très au sérieux son statut d’épouse très ancrée dans les valeurs africaines. «Maïmouna Ndoye était très brillante, calme et travailleuse. C’est une dame extraordinaire.  Elle a été major de notre promotion», témoigne Barham Thiongane, son camarade de promotion à l’Ept.

«Je ne suis pas sûre que j’étais major de la promotion»

Humilité en bandoulière, elle se veut circonspecte sur son titre de  major, même si le directeur de l’école l’a dit  devant le Président Abdou Diouf. «Je ne crois pas avoir été major devant Demba Sow. Il était jeune, mais tellement brillant. Il est le fils de Aliou Sow de Cse», dit-elle avec humilité.

 Maïmouna Ndoye  Seck et ses maîtres

Entre elle et ses maîtres, c’est une histoire d’estime réciproque, cet amour indéfectible qui lie toujours les brillants élèves à leurs enseignants. Si Lamine Bâ, son professeur au Cmt, a été l’élément déterminant dans son choix et dans sa carrière, elle s’est bien abreuvée à la source de Mary Teuw Niane (Maths), Christian Sina Diatta (sciences physiques) et Sakhir Thiam qui offraient leurs services à l’Ecole polytechnique, une inspiration du système nord américain, qui forme les hauts cadres pluridisciplinaires du Sénégal. L’école polytechnique offrait, en plus de la formation militaire  obligatoire, un enseignement théorique au cours des deux premières années où le redoublement est interdit.

Ministre de l’Energie depuis des mois elle migre au département du Tourisme et des Transports Aériens

Ayant fait ses preuves au département de la planification de la Senelec, puis nommée Présidente de la Commission de régulation du secteur de  l’électricité, Maimouna Ndoye Seck occupait depuis des mois le poste de Ministre de l’Energie et avait réussi à stabiliser le secteur, malgré un Directeur général qui avait fini par montrer ses carences et ses limites. Elle vient d’être mutée au département du Tourisme et du Transport aérien. Le Directeur général du syndicat national des travailleurs du pétrole et du gaz du Sénégal affilié à la CNTS/FC. Abdourahmane Cissokho regrette vraiment ce réaménagement ministériel dans le secteur de l’Energie. «Depuis son arrivée,  un climat de partenariat très dynamique » régnait, «A chaque fois qu’il y a un problème ponctuel, elle agissait franchement pour régler les questions que nous n’avons pas cessé de lui poser ». Mieux, dit Abdourahmane Cissokho sur la Rfm : «Le secteur de l’Energie par rapport à l’ancien régime est devenu très stable, la SENELEC par exemple n’avait pas de problèmes de productions» en raison du «stock de produits pétroliers ». Donc sous le magistère de la désormais ex-ministre, le secteur était devenu très stable.

A une aussi grande battante, Debbosenegal souhaite bon vent au Tourisme, un secteur tout aussi difficile, qui est crucial pour l’économie du pays et qu’il faudra redresser. Tous les hommes nommés à ce département ont été incapables de remettre le Tourisme sénégalais sur les rails, mais nous sommes d’ores et déjà sûres qu’elle y arrivera.

 Source : Xalima.com

Photo : Badji seneplus.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login