Accueil » Société » Faits de société » Nos babyboomers à la retraite : pas de panique, le gouvernement vous tend la main !

Nos babyboomers à la retraite : pas de panique, le gouvernement vous tend la main !

De plus en plus nous partons encore jeunes à la retraite, bien que celle-ci ait été repoussée jusqu’à l’âge de 60 ans, contrairement aux 55 ans d’avant. Jeunes à 60 ans ? Oui, parfaitement, car notre nouvelle génération de retraités, ceux qui sont nés en 1955, sont en grande partie encore de très jeunes femmes et hommes. Certains parmi eux ne sont même pas encore des mamies ou des papis.

Les babyboomers à la retraite

S’étant mariés plus tard que les générations précédentes, ceux qu’on appelle la génération des babyboomers (suite au boom des naissances après la 2ème guerre mondiale, comme si, après l’horreur de la guerre la vie devait reprendre ses droits), ont été choyés. La plupart d’entre eux ont été surprotégés, ils ont profité de l’abondance après la misère, de la paix après la guerre. Ils ont vécu plus longtemps dans le cocon familial, ont bénéficié des meilleures études. Etats et parents se sont pliés en 4 pour leur offrir le meilleur pour leur réussite. Beaucoup ont pu bénéficier de bourses d’étude et de gratuité des frais scolaires, ce qui n’existe presque plus aujourd’hui.

Ils ont certes travaillé plus tard car, enfants gâtés, ils ont poussé les études plus loin, ont profité de la qualité de la vie retrouvée, d’une meilleure santé, ils ont pratiqué le sport, et à 60 ans, ils sont encore en plein jeunesse, et n’ont pas senti le temps passer.

Ils partent au moment où on a le plus besoin d’eux

La plupart d’entre eux sont un peu perdus. Bien que père et mère de familles, ils n’ont pas vraiment grandi. Ils s’habillent pratiquement comme leurs enfants, en compagnie de ces derniers, on croirait leur grand frère ou grande sœur. Le corps et l’esprit sont restés jeunes et vifs, et ils ont accumulé dans leurs études et leur travail une expérience d’une richesse exceptionnelle. Au moment où ils se sentent le plus utiles, presqu’ incontournables, c’est là que l’âge de la retraite les rattrape et voilà que : les Nations Unies les remercient malgré leur 20 ou 30 ans d’expérience, la fonction publique les appellent à « faire valoir leurs droits à la retraite » au moment où ils pouvaient enfin accéder, si ce n’était déjà fait, à des postes décisionnels bénéfiques pour leur pays et pour leur propre épanouissement.

Du jour au lendemain tout s’arrête !

La reconversion est souvent douloureuse ou tout au plus hasardeuse. Ayant accumulé un peu d’épargne, ils se tournent presque tous vers le privé. Mais quand on a été fonctionnaire dans son pays ou fonctionnaire international, pendant toutes ces années, peut-on performer dans un domaine aussi inconnu ? Ils n’ont jamais pris de risques, ont toujours perçu leur salaire à la fin du mois. La majeure partie “se plante”, les plus chanceux arrivent à s’accrocher et à s’en sortir. Beaucoup, parmi les plus prévoyants, nous ont confié que ce n’est pas l’argent le problème, ils ont préparé leur retraite, le problème c’est plutôt l’inactivité. Pendant des années ils se sont levés tôt le matin pour aller travailler ou pour voyager, et brusquement tout s’arrête ! On n’a plus rien à faire ! Ils se réveillent le matin et toute la maisonnée s’en va et ils restent seuls à se tourner les pouces. Que faire ?

Le gouvernement pense enfin à des solutions

Lors du conseil des ministres du 18 novembre 2015, le Chef de l’Etat du Sénégal a demandé au Premier Ministre de préparer un projet de loi sur le volontariat national, dans la perspective de mieux valoriser les acquis et l’expérience des personnes du 3ème âge dans la construction citoyenne, et enfin de préparer la tenue, sous sa présidence, d’une grande rencontre d’échanges avec les représentants des associations des personnes âgées et des retraités civils et militaires.

Cependant cette excellente idée pour occuper nos retraités et leur permettre de continuer à aider leur pays, ne doit pas être une stratégie politique pour conquérir un certain électorat, mais elle gagnerait à être bien pensée et bien concrétisée pour le plus grand bien de notre nation et de nos jeunes et valeureux retraités, qu’on a du mal à traiter de 3ème âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login