Accueil » Société » Faits de société » Noel et Jour de l’an sont là : gare aux pétards !

Noel et Jour de l’an sont là : gare aux pétards !

Pendant la période des fêtes, pétards et feux d’artifice se vendent en très grande quantité au Sénégal et partout au monde. Chez nous, les amateurs ne regardent pas au prix bien que les produits ne soient pas toujours donnés. En effet le prix des pétards et autres feux d’artifice varient entre 100, 200, 1000 FCFA. Les méga-feux d’artifice coûtent jusqu’à 20 000 et 50 000 FCFA.

L’état du Sénégal a pourtant strictement interdit la vente et l’utilisation des pétards sur l’ensemble du territoire. La première cause évoquée est celle du terrorisme, car le chahut causé par ces objets pendant les fêtes pourrait masquer des agissements plus graves. Mais le constat est là : la vente des pétards continue de plus belle, car si  les commerçants sont si réticents à abandonner la vente de ces produits controversés, c’est que le créneau est porteur. En effet, si l’interdiction gouvernementale est respectée, c’est toute une chaine qui va s’effriter : grossistes, revendeurs, détaillants et autres….

Un danger plus courant et plus grave que le terrorisme

Et pourtant pour toute autre raison que le terrorisme ces produits doivent être interdits car, chaque année, l’utilisation de feux d’artifices artisanaux et de pétards est à l’origine de nombreux accidents.

Les principales blessures entraînées par ces explosifs sont des brûlures des mains, de la face et des yeux. Cela peut aller jusqu’au délabrement des membres lorsqu’ils renferment une charge explosive lourde ou lorsqu’ils sont manipulés par des enfants.

Les pétards peuvent également causer des traumatismes au niveau de l’oreille, tels que la perforation des tympans, dus au bruit des déflagrations. Les explosions sont aussi à l’origine d’atteintes au niveau des yeux (lésions oculaires) qui peuvent aller jusqu’à la perte complète et définitive de la vision.

Manipuler les pétards avec précaution

Des précautions simples doivent être prises afin d’éviter le pire : ne pas laisser exploser un pétard dans ses mains, ni à l’intérieur d’un objet pouvant devenir un projectile dangereux (une bouteille, une boîte de conserve, etc.).

En règle générale, il est recommandé de les faire exploser dans des espaces ouverts et éloignés de toute personne, de ne pas utiliser des produits de fabrication artisanale et de vérifier à l’achat qu’ils sont estampillés « norme CE ».

De nombreux produits sont interdits à la vente pour les mineurs, par conséquent il ne faut pas laisser les enfants utiliser ce type d’explosifs. Mais si la législation est stricte dans de nombreux pays, tel n’est pas le cas dans nos pays africains. Il faudrait donc que les parents soient vigilants. Ce commerce n’étant pas prêt de s’arrêter, à nous d’éduquer nos enfants à ne pas manipuler les pétards n’importe comment, et à les interdire carrément aux plus jeunes. Une fois qu’un accident est arrivé, on n’a plus que ses yeux pour pleurer.

Un infirmier français met en garde: « on ne guérit pas d’une main déchirée par un explosif » « à minuit et quart, notre salle d’attente évoque un état de guerre, avec des mains déchiquetées« .

Alors, tout le monde est libre de faire la fête mais pour éviter qu’elle ne tourne au drame, vigilance !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login