Accueil » Société » Faits de société » Le Ramadan arrive, une remise en question s’impose !

Le Ramadan arrive, une remise en question s’impose !

Le Ramadan arrive avec son lot de bouleversements à Dakar. Étrangers, gare à vous ! Vous allez être confrontés pendant 1 mois, au nouveau visage du sénégalais, car désormais, vous ne verrez plus une once des jolies jambes des sénégalaises, le ventre fera la loi, la faim exacerbera les humeurs, la vie sera rythmée par les innombrables conférences religieuses, faisant le bonheur de nos religieux et le malheur des autorités sollicitées par toutes et tous à la fois!

D’année en année le visage du dakarois jeûneur reste le même. Nous ne nous remettons pas en question avant, pendant et après le Ramadan. Nos habitudes restent les mêmes :

Les divergences pour arrêter la date du début de Ramadan :

Comme d’habitude, les sénégalais n’auront rien appris des années précédentes, cette fois-ci encore la date du début de Ramadan fera l’objet de discussions et de divergences. Notre fameuse commission se réunira pendant que certains auront commencé à jeûner, d’autres, de plus en plus nombreux, s’aligneront sur l’Arabie Saoudite et la Mecque, d’autres attendront les directives de leurs guides religieux, bref, débuter le mois de Ramadan dans la cohésion au Sénégal est une illusion qui appartient au passé. Une remise en question s’impose.

L’habillement:

Premier jour de Ramadan, premier changement notable surtout chez la femme. Rangés les jupettes, pantalons et autres hauts « dioumbakh out », le look est à la tenue plutôt longue, couvrante, foulard ou voile couvrant les cheveux, la paire de lunettes enfoncées dans les cheveux sera désormais délicatement déposée sur le voile. Cette coquetterie dans le sang des sénégalaises et que même le Ramadan ne peut leur faire perdre fera que nos sœurs choisiront toujours de jolies tenues. Bien que couvrantes, la tendance mode ne sera jamais bien loin, tuniques longues sur pantalon, abayas, boubous, ndokets, robes et autres, tout sera bien étudié, pour s’adapter à l’air du temps, la religion. Ce faisant, nous restons toujours aussi attrayantes et perturbons toujours autant le sexe opposé. Une remise en question s’impose.

Les repas:

Dès le premier jour, les dakarois prennent d’assaut les pâtisseries et autres supermarchés qui se frottent d’avance les mains. Quitte à s’endetter, Ramadan est égal à : privation le jour, abondance à la coupure. Acte de purification morale et physique, nous ne comprenons pas toujours son sens, sinon nous ne goinfrerions pas autant au moment de la coupure du jeûne. Mais hélas, beaucoup d’entre nous, mangeons en une fois les trois repas habituels dans la journée du sénégalais et parfois même plus, puisqu’un repas parfois encore plus copieux est pris à l’aube, au moment du début du jeûne. Une remise en question s’impose.

Les transports:

Dans les 30 à 45 mn qui précèdent l’heure de la coupure, mettez vous aux abris, les dakarois roulent comme des fous sur les routes, comme si couper le jeûne en chemin  était interdit. Personne ne respecte personne, des altercations éclatent un peu partout, et les crachats volent depuis les fenêtres des transports en commun. Une remise en question s’impose.

Les conférences religieuses

Depuis quelques décennies, les conférences religieuses censées raffermir foi et connaissance des jeuneurs rythment le mois de Ramadan. Amplifiées par la couverture médiatique, ces conférences rivalisent dans plusieurs domaines : qui aura le plus de monde, qui aura amassé le plus de billets à distribuer pour le pèlerinage à la Mecque, qui parmi les « drianké » aura porté le « brodé » (boubou en broderie, dentelle ou bazin, blanc de préférence pour rappeler la pureté) le plus chic, les bijoux les plus voyants, le sac dernier cri, les verres de soleil griffés, mais aussi qui serait parvenu à décrocher les grands prêcheurs à la mode ? Résultat des courses, entre causettes, salutations, bisous, rigolades, accolades, œillades, distribution de billets de banque à l’endroit des conférenciers et de leurs animateurs, personne ne retient rien de ce que disent les prêcheurs, aucun message de foi n’est passé. Sur les  3 ou 4h que durent la conférence, 3h seront passées en remerciement à l’endroit des généreux contributeurs et les conférenciers en seront encore à l’introduction de leur thème quand il faudra lever l’ancre. Une remise en question s’impose VRAIMENT !

Pourquoi est-ce que nos medias ne peuvent-ils pas participer à la remise en question et rééduquer les populations par des sketchs avant, pendant ou après le Ramadan, vu que nos télévisions sont devenues les nouveaux éducateurs ?

Nous gagnerions beaucoup à nous remettre tous en question en tout cas, à retourner aux sources de notre religion et à la réapprendre, avant l’arrivée d’un nouveau mois de Ramadan. En attendant Ramadan Mubarak à tous !

 

Source photo : senenews.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login