Accueil » Beauté » Cheveux » La vérité sur le lissage brésilien

La vérité sur le lissage brésilien

Impossible d’ouvrir un magazine féminin, de surfer sur le net, de regarder une émission people sans  avoir la vue inévitablement aimantée sur ces somptueuses chevelures longues, opulentes  et soyeuses arborées par nos stars préférées. Et nous nous disons « moi aussi JE VEUX DES CHEVEUX COMME CA! »

Justement, quelle chance, la publicité nous l’assure : cet eldorado capillaire est à la portée de chacune. Un lissage brésilien, et hop, c’est gagné ! A nous ces vagues somptueuses caressant nos épaules…

Le lissage brésilien, c’est quoi exactement ?

Vous le savez, le cheveu est constitué pour l’essentiel de longues fibres de kératine, une protéine résistante qui lui donne sa force et son élasticité. A l’extérieur, le cheveu est protégé par  des écailles qui le rendent imperméable et brillant. Abîmées ou hérissées, les écailles ne protègent plus le cheveu. La kératine est altérée par les mauvaises pratiques de coiffage, les excès de défrisages ou colorations. La chevelure se déshydrate, devient terne, cassante.

Le lissage brésilien, souvent aussi appelé lissage à la kératine consiste, d’après les fabricants, à  ouvrir les écailles pour injecter à l’intérieur du cheveu une solution de kératine hydrolysée, liquide, issue de protéines végétales (blé ou soja par exemple) ou animales (laine de mouton…). Les écailles sont alors refermées par lissage à la chaleur qui scelle la kératine en surface. Réparé, renforcé et gainé, le cheveu est plus souple et plus facile à coiffer– mais pas lissé. Le lissage, lui, est assuré par l’action de la chaleur combinée à celle du formol (ou autre molécule activatrice présente dans la formule) qui modifie de façon transitoire la structure du cheveu.

Est-ce que le lissage brésilien est naturel ?

La kératine, qu’elle soit d’origine végétale ou animale est une protéine naturelle, c’est vrai. Cependant, nous l’avons vu, le cheveu doit être soigneusement décapé avant d’entreprendre le lissage. Ensuite, pour faire pénétrer la solution de kératine et la faire adhérer au cheveu, il est nécessaire d’utiliser un activateur, qui lui, est bien chimique et loin d’être inoffensif ! Il s’agit en général de formaldéhyde, ou formol, dont les effets sur la santé pour la coiffeuse autant que la cliente sont largement décrits (douleurs aux yeux, au nez ou à la gorge ainsi que des troubles respiratoires, vomissements, risque de cancer).

Certains lissages annoncés sans formol contiennent en fait des précurseurs comme par exemple le méthylène glycol, ou encore des produits analogues tel le Gluteraldéhyde ou le Glyoxal. Sous l’action de la chaleur du fer, ils dégagent des vapeurs extrêmement nocives. Aux USA, au Canada comme en France, les autorités de santé ont interdit ces derniers mois de nombreuses marques qui présentaient des concentrations en formol jusqu’à 12 fois supérieures aux maxima autorisés.

En fait, sans activateur, les effets d’un lissage à la kératine ne durent que de manière transitoire…pas de miracle….Les spécialistes s’accordent sur le fait que si la kératine comblent les brèches et gainent le cheveu, l’effet lissant est lui bel et bien effectué par l’effet conjugué du formaldéhyde ou équivalent et de la chaleur élevée des plaques de lissage.

Quelle est la différence entre le Lissage brésilien et le défrisage à froid ?

La forme des cheveux frisés ou crépus est due aux liaisons chimiques qui maintiennent les fibres liées entre elles. Le défrisage à froid consiste à casser de façon définitive ces liaisons chimiques au moyen d’un composé alcalin pour obtenir un cheveu raide.

Le lissage brésilien, lui, permet de détendre le cheveu et le rend plus malléable, sans intervenir sur sa structure chimique. Crépu ou frisé, le cheveu sera plus souple, mais pas totalement raide. Il sera par contre plus facile à coiffer et à lisser aux plaques ou au brushing. Au fil des shampooings, l’effet s’éliminera progressivement – au bout de 2 à 3 mois avec utilisation d’un shampooing sans SLS.

Le lissage brésilien a été adopté avec enthousiasme par toutes celles qui rêvent d’une magnifique chevelure naturelle, loin des tissages et autres extensions. Il est aussi apparu comme une aide précieuse pour entretenir une chevelure difficile à dompter, et soigner à la kératine les cheveux endommagés et simplement pour le gain de temps de coiffage qu’il promet.

Paré de toutes les promesses du naturel par l’utilisation de la kératine – la même que celle qui entre dans la constitution des cheveux, tous les critères  étaient réunis pour inciter les plus prudentes à casser leur tirelire…

La vérité sur la promotion du lissage brésilien

Un examen approfondi (bien qu’il soit très compliqué de se procurer les listes d’ingrédients, les concentrations réelles en kératine) montre que l’opération marketing a été menée de main de maître pour lancer cette technique – qui n’est nouvelle que dans le milieu de la cosmétique puisqu’elle est connue dans l’industrie textile, sur la laine (identique chimiquement au cheveux) depuis des décennies.

Dans la réalité, le lissage utilise de fortes concentrations de silicones, qui avancent masquées derrière la kératine, beaucoup plus « tendance » puisque l’argument marketing est celui d’un soin totalement naturel.

Le lissage se fait en remaniant de façon réversible la structure du cheveu à l’aide d’un aldéhyde et de forte chaleur. Le passage de 7 à 10 fois de plaques chauffées à 230° sur une mèche ainsi traitée l’assouplit certes efficacement, mais à quel prix ? Si le cheveu n’est pas parfaitement sec, une telle température entraîne une dénaturation irréversible des protéines constitutives. Assouplis, les cheveux ? Oui, mais sans vie...et attention aux chutes dans les semaines qui suivent, parfois….

Vous êtes, malgré tout, tentée ? Alors, prenez bien vos renseignements.

Assurez-vous du taux de satisfaction de celles qui vous ont précédée, dans les 6 semaines qui suivent le traitement. Renseigne- vous sur la marque utilisée, vérifiez si possible la liste des ingrédients…et prenez vos responsabilités. La beauté n’a parait-il pas de prix. Etes-vous prête à assumer toutes les conséquences – positives comme éventuellement négatives ?

A éviter tout de même si vous êtes enceinte, ou si vous allaitez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login