Accueil » Société » Faits de société » La peur du vendredi 13 : Mythe ou réalité ?

La peur du vendredi 13 : Mythe ou réalité ?

Chanceux ou malchanceux, vendredi 13 ? Cette date, qui apparaît plusieurs fois par an sur nos calendriers a suscité des débats infinis, entre coups de chance inouïs et catastrophes inexpliquées. Quelle est l’histoire de cette superstition qui pousse certaines personnes à jouer au Loto ? Quels événements ont marqué cette date ?

Une journée pas comme les autres ?

Une superstition née dans la Bible La croyance qui associe le vendredi 13 au malheur serait d’abord biblique. Selon le Nouveau Testament, au cours de la Cène (dernier repas du Christ), 13 participants siégeaient autour de la table : Jésus-Christ et ses 12 apôtres. L’Evangile de Matthieu cite toutes les personnes présentes : “Simon, appelé Pierre, et André, son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère ; Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote (ou le Cananite), et Judas l’Iscariote, celui qui livra Jésus.”. Judas est souvent présenté comme le 13e convive, celui qui a tout fait basculer. La peur du vendredi 13 repose-t-elle également sur le fait que le Christ a été crucifié ce jour-là de la Semaine sainte ? Destructeur d’harmonie ?

Le 13 est-il un destructeur d’harmonie ?

Les Grecs et les Romains donnent eux-aussi à ce nombre une connotation négative. Ces deux mythologies, qui comportent de grandes similitudes, associent toutes deux le chiffre 12 à la régularité et la perfection. Ainsi, il y a 12 dieux olympiens, 12 constellations, 12 signes du zodiaque, 12 heures du jour et de la nuit. Le nombre 13, qui implique d’ajouter une unité au 12 parfait, vient rompre ce cycle régulier et introduit le désordre. Détruisant l’harmonie, il est synonyme de malheur. Pour ce qui est du vendredi, il est associé aux événements malheureux puisque c’est ce jour-là, dans la Rome antique, que se déroulent généralement les exécutions des comdamnés à mort.

La crainte du vendredi 13 tirerait également ses racines dans l’antiques mythes nordiques.

Le chiffre 13 a aussi une connotation négative dans la mythologie nordique. Odin, dieu des guerriers, avait un jour, selon la légende, réuni onze de ses amis dieux pour un diner, dans sa demeure de Valhalla. Loki, dieu de la guerre et du mal, vexé de ne pas être de la fête, décida de s’inviter malgré tout. Seulement, ce treizième invité surprise n’était pas le bienvenu. Le fils d’Odin, le beau Balder, dieu de l’amour et de la lumière, tenta de chasser l’intrus. Une bataille éclata entre les deux dieux qui se vouaient une haine depuis toujours. Loki, dieu jaloux et malveillant, lui décocha une flèche empoisonnée en plein coeur, abattant Balder le “bien aimé”.

Depuis cette légende, dans les pays scandinaves, le chiffre 13 est considéré comme maudit et être 13 à table porterait malheur. Dans la mythologie nordique, Frigga (ou Freya) était la reine des dieux, déesse de l’amour et de la fertilité. Elle était célébrée par ses adorateurs le vendredi. Le mot “friday”, vendredi en anglais, viendrait d’ailleurs de cette célébration et signifierait “Freya’s day”. Mais aux Xe et XIe siècles, les pays du nord sont progressivement convertis au christianisme. On se met alors à raconter que Frigga est en réalité une sorcière et qu’elle a été bannie au sommet d’une montagne. Pour se venger, elle inviterait, tous les vendredis, le diable et 11 sorcières pour maudire les hommes et leur jeter de mauvais sorts.

Le vendredi 13 a généré sa propre phobie

Elle porte un nom étonnant : la paraskevidékatriaphobie, forme de triskaïdékaphobie ou peur irraisonnée du nombre 13. Certaines pratiques comme les mariages, les naissances ou la navigation sont évitées en Occident les 13 du mois. Dans de nombreuses villes, il n’y a pas d’habitations portant le n°13. Les grands immeubles, également, évitent de nommer le 13e étage (qui devient un 12 bis ou un 14a) et certains hôtels n’ont pas de chambre 13 pour éviter d’y loger un client superstitieux.

Les vendredis 13, les paraskevidékatriaphobes ne vont pas travailler, ne partent pas en voyage, ne font pas leurs courses, bref, ne sortent pas de chez eux. Un économiste américain a d’ailleurs relevé l’impact économique des vendredis 13 : ces jours-là connaissent en effet une baisse importante de la consommation.

Quelques triskaïdékaphobes

Les pilotes de formule 1 ont peur du chiffre 13 depuis la mort de 2 pilotes portant ce numéro en 1926. Ce chiffre n’est jamais porté dans cette discipline sauf si le pilote en fait la demande. Stephen King a également fait l’aveu de cette phobie qui l’empêche de lire les pages 13 des livres.

Un des évènements les plus marquants Le plus célèbre crash advenu un vendredi 13 est le vol T-571 qui s’est écrasé dans les Andes en 1972. Le vendredi 13 octobre, l’avion décolle de Montevideo et fait route vers Santiago au Chili, transportant l’équipe de rugby Old Christians. Mais l’avion, qui percute un pic andin, s’écrase dans les montagnes à plus de 12 000 pieds. Les survivants, qui ne seront retrouvés que 2 mois plus tard, ont dû recourir au cannibalisme pour rester en vie. Au total, 29 des 45 personnes à bord ont été tuées, dont 5 passagers morts dans une avalanche le 30 octobre 1972.

Si une partie du monde a la phobie du vendredi 13, ce n’est certainement pas le cas des musulmans pour qui 13 ou pas, le vendredi est un jour de fête. Les 3 quarts de l’humanité ne connaissent rien de cette superstition et continuent à vaquer tranquillement à leurs affaires ce jour là.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login