Accueil » Famille » Vie de couple » J’adore la polygamie et je le détourne de mes co-épouses !

J’adore la polygamie et je le détourne de mes co-épouses !

Après Aminata qui avait opté pour la monogamie mais qui a fini dans un ménage polygame, Fatou Binetou nous livre à son tour son avis sur la polygamie.

Nous l’avons trouvée chez elle dans son petit appartement moderne et confortable. Dès l’entrée une bonne odeur d’encens vous titille les narines. Fatou Binetou se déplace avec beaucoup d’aisance dans sa maison. On sent tout de suite qu’ici, c’est son domaine. Habillée d’un léger boubou blanc ouvert sur les côtés sur un joli pagne travaillé bleu azur, elle trône sur de jolies mules bleues à petit talon, elle est bien maquillée, les cheveux bien tirés en arrière avec un petit chignon. Sa maison est propre et décorée avec beaucoup de goût, un vrai petit cocon propice au repos. Partout ses photos ornent murs et meubles comme pour bien marquer son territoire.

Elle appelle une domestique et lui demande de servir à boire. Avec un clin d’œil, elle nous dit que si c’était Monsieur, jamais la domestique n’aurait fait le service, c’est elle-même qui l’aurait fait, et avec une belle révérence. D’emblée elle aborde la question : « vous m’avez sollicitée pour un sujet dont j’aime bien discuter, la polygamie ! ».

logo itw: en effet dès que je t’ai demandé si tu pouvais parler à nos lectrices tu n’as pas hésité une seconde. Je te connais et je sais que tu as toujours voulu être deuxième, troisième ou même quatrième femme !

FB : En effet, tu sais, j’aime la polygamie pour plusieurs raisons, mais avant tout pour l’adversité, la compétition. Même au lycée j’aimais être toujours la première. J’aime rivaliser avec les autres et j’ai grandi dans ce genre de milieu. Ma mère était deuxième femme et je la voyais depuis toute petite, quand c’était son tour de recevoir mon père, comment elle se préparait. Dès la veille, tout le monde savait que demain c’était son « aye » (son tour) ! Nous vivions avec la première femme de mon père et mes demi-frères et sœurs. De même mère nous étions 3, mes 2 frères et moi. La maison était grande et une grande cour séparait les deux habitations.

logo itw: Ça faisait beaucoup de monde. Vous vous entendiez tous ?

FB : Pas toujours. Mais mon père était tellement sévère que personne n’osait vraiment trop mal se comporter car il nous corrigeait sans pitié. Mais malgré ses efforts pour une égalité parfaite, on sentait nettement qu’il était plus joyeux quand il venait chez nous. Ma mère trouvait toujours des astuces pour agrémenter son séjour de deux jours chez nous, sous le regard courroucé de sa coépouse.

logo itw : C’est ce qui t’a inspiré alors ?

FB : Ah oui ! J’aimais voir ma tante fulminer, et de faire de vains efforts pour rivaliser avec ma maman quand son tour arrivait. Elle copiait souvent les tenues de ma mère ou essayait de trouver les mêmes parfums ou encens, mais on voyait bien mon père trainer au salon quand il était là-bas, alors que chez nous, il se dépêchait de se retirer dans la chambre de maman qui sentait toujours bon, et était toujours bien rangée. Et depuis lors je rêvais moi aussi, quand je serai grande de me marier comme deuxième et de pouvoir rivaliser avec ma ou mes co-épouses. Je ne pouvais pas concevoir de me marier avec un homme sans personne pour assurer l’adversité. Même jeune fille, j’aimais piquer le mec des copines, plutôt que d’en chercher un de libre.

logo itw: C’est quand même incroyable, alors que tout le monde rêve de se garder son mari pour soi toute seule !

FB : Eh bien ce n’est pas mon cas ! Tu vois, là je suis 3ème, et j’aurais même préféré vivre avec les deux autres pour leur faire voir de toutes les couleurs, mais mon mari a préféré m’isoler alors que les deux autres vivent ensemble. Il préfère que je sois 100% dispo pour lui seul sans avoir à gérer de conflit. D’après lui, quand il vient chez moi, il décompresse. Il se sent bien et je le chouchoute comme un petit bébé. Il adore ça et il compte les jours où c’est mon tour. Il vient alors les bras rempli de tout ce que j’aime et me dit « je viens te gâter et me faire gâter par toi ! ».

logo itw: Ce n’est pas très équitable tout ça, ce n’est pas ce que l’Islam a recommandé

FB : Ah mais ce n’est pas mon problème ! Les autres n’ont qu’à faire comme moi ! Je suis aux petits soins pour mon mari elles n’ont qu’à faire pareil. Tu sais pourquoi j’aime cette situation ? Tu ne t’ennuies jamais, quand je rencontre mes co-épouses dans les cérémonies, j’ai une montée d’adrénaline, surtout devant la deuxième qui certes, est plus jolie que moi, mais ne m’arrive pas à la cheville en terme de sape. Quand je débarque, je viens après tout le monde, je reste très peu de temps, les amies qui m’accompagnent et mes griottes sont toutes aussi intéressantes que bien habillées et quand on repart, la cérémonie n’a plus de goût. J’aime ces situations qui mettent mes rivales dans l’embarras. On ne s’ennuie jamais dans ce genre de ménage, la routine n’y a pas de place. Les femmes devraient réfléchir. C’est tellement pratique la polygamie ! Tu as du temps pour toi, quand ton mari est là tu le gères comme il faut, quand il part chez les autres, tu te consacres à tes enfants (j’en ai 3), à tes parents, à ton travail et tes autres activités et tu n’es jamais à court d’idée pour le surprendre quand il revient et tu es reposée et en forme. Et chaque fois qu’il vient c’est presque comme au début, est une relation que la routine ne peut pas tuer.

Bref, pour tout vous dire ma devise est : c’est dans l’adversité qu’on se sent vivre !  Alors vive la polygamie !

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login