Accueil » Religion » Connaissances et pratiques religieuses » Gravité du mensonge en islam : les sénégalais à l’oeuvre surtout en période de fête

Gravité du mensonge en islam : les sénégalais à l’oeuvre surtout en période de fête

Quand les compagnons du Prophète Paix et Salut sur Lui (PSL) lui demandèrent : « Messager d’Allah, qu’est-ce qu’un musulman ne doit pas  faire ? » Le Prophète PSL leur répondit : « un musulman ne ment pas ! Un musulman ne ment pas ! Un musulman ne ment pas ! ». Le Saint Prophète le  leur répéta 3 fois de suite pour montrer à quel point le mensonge est abhorré dans l’Islam.

Nous sommes pratiquement 90% de musulmans dans notre pays, alors pourquoi le mensonge y est-il si banalisé ? Chez les Chrétiens et même chez les athées, le mensonge est fortement condamné. Dans nos cultures ancestrales le mensonge est honni ! Alors pourquoi l’avons-nous tellement banalisé de nos jours ?

Autrefois dans notre société, le respect de la parole donnée était sacré. Même dans les transactions commerciales, la parole donnée était aussi solide qu’un contrat signé et déposé chez le notaire. Parfois cette parole donnée se faisait devant témoins, d’autres fois, les deux protagonistes se suffisaient juste de la parole de l’un et l’autre. Et c’était : plutôt mourir que manquer à sa parole.

Nos pères et mères qui ont connu cette période, sont souvent choqués de la légèreté avec laquelle notre génération ment de façon aussi éhonté. Surtout à la veille de fêtes comme celles vers lesquelles nous allons Magal et Gamou, qui sont avant tout des fêtes religieuses, mais charrient une multitude de promesses non tenues et d’escroqueries. D’où vient ce phénomène ? Pourquoi est-ce si répandu ? Et comment le combattre pour notre propre bien et celui de notre société ?

D’où vient le phénomène ?

Comme tous les pays du monde, nous avons été confrontés chez nous au phénomène de perte des valeurs. Le brassage des peuples, au lieu de renforcer nos valeurs nous a amené des contre valeurs. Peu à peu, sans nous en rendre compte, nous avons muté du  mauvais côté. Ceci est principalement dû à l’introduction de l’école et à l’abandon de l’enseignement coranique dont bénéficiaient nos parents.

Commençons par nous mêmes ? Qui parmi nous, n’a pas fait cette petite promesse : « dinala setsi » (je passerai te voir) tout en étant sûr de ne pas pouvoir ou de ne pas vouloir le faire ? Et pourtant cette promesse non tenue est un mensonge, mais très banalisé.  Si on se dit que ce n’est qu’un petit mensonge pas grave (bien que du point de vue de l’Islam, tout mensonge est gravissime !), nous rencontrons chez nos compatriotes des mensonges encore plus gros, qui impliquent des conséquences plus graves. Cela ira de :

  • « passe au bureau demain, je te remets quelque chose »
  • « appelle moi, voici mon numéro de portable, voici ma carte de visite »
  • « envoie-moi ton fils, je lui trouverai du boulot » ou encore
  • « l’argent n’est pas un problème, tu voyages quand ? Je te donne ce que je t’ai promis avant ton départ » etc, etc…

Et ça finit toujours par : « Ah non, il n’est pas venu au bureau aujourd’hui, non il n’a rien laissé pour vous ». Ou bien vous appelez et vous tombez sur le répondeur « ce numéro n’existe pas » ou « vous ne pouvez pas joindre votre correspondant pour le moment ». Ou votre fils vous dira « je n’irai plus voir un tel, chaque fois il me fait poireauter et me demande de revenir demain ». Dans le dernier cas ce sera « oh, ce n’est pas possible, tu voyages ce soir ? Oh là, là, il me semblait que c’était mardi prochain ! »

Pourquoi tous ces mensonges ?

La première raison, nous devons la chercher chez nous-mêmes les solliciteurs à cause de nos habitudes d’éternels assistés. En effet, disons-le franchement, le sénégalais a l’habitude ou l’art de transposer ses problèmes sur les autres. Quand nous avons un problème, qui est souvent d’ordre matériel, plutôt que de compter sur nos propres forces ou nos propres moyens, nous pensons tout de suite que tel parent ou ami plus aisé que nous, peut nous aider.

La deuxième raison est que celui qui est sollicité se sent, selon le degré d’amitié ou de parenté, OBLIGE de régler le besoin du solliciteur. Notre société basée sur l’entraide et la solidarité depuis la nuit des temps nous y oblige de même que notre religion qui recommande la sollicitude et le partage vis-à-vis de son prochain.  A partir de là, les principales raisons du mensonge sont les suivantes:

  • Le sollicité est assez nanti, il dit oui aux innombrables sollicitations mais parfois en a marre et se met à mentir
  • Parfois c’est une personne qui frime, mais qui, au fond, n’a pas ce qu’on lui demande et va finir par mentir
  • Parfois c’est quelqu’un qui ne sait tout simplement pas dire « non ! » et il dira oui, tout en sachant que c’est impossible.
  • Souvent c’est juste par pure méchanceté, du genre : je vais lui faire perdre son temps jusqu’au dernier moment, et après il n’a qu’à se débrouiller !
  • Et enfin, et c’est le phénomène le plus grave et le plus répandu dans notre société actuelle, c’est le fait de mentir par habitude, pour obtenir quelque chose en retour, ou en toute conscience pour tromper l’autre, pour filouterie et c’est ce qu’on appelle dans notre jargon le « door marteau » (en substance avoir réussi à tromper quelqu’un).
Comment combattre le phénomème ?

Avant tout, il faut retourner aux sources de notre culture et de nos religions et être conscient de la gravité du mensonge. Une fois ceci fait, se demander chaque fois qu’on est sur le point de dire quelque chose si c’est une vérité ou un mensonge. Se taire est préférable à mentir. Eviter les « je t’appelle, je te rappelle, je passe » etc… si on est sûr qu’on n’en fera rien !

Nous sommes une société qui parle beaucoup, qui aime le verbe. Plus on parle, plus on ment. Apprenons à moins parler.

Apprenons à moins solliciter les autres pour leur éviter de nous mentir, car ce qui arrive souvent c’est que : ils nous ont menti, nous ont fait perdre notre temps, et notre problème n’est pas résolu. Apprenons à compter sur nous-mêmes et à relativiser nos besoins.

Si de nos jours nous nous plaignons tous que les temps sont durs, cherchons la raison dans la banalisation du mensonge et de l’injustice dans notre société. Dieu, Lui, est juste, et quand Il éprouve un peuple c’est à cause du mensonge, car le mensonge est mère de tous les autres vices.

Alors, si nous voulons retrouver un mieux être, faisons chacun un effort à notre propre niveau, évitons le mensonge ! Ce serait si confortable un monde sans mensonge, ou on est sur chacun de l’autre ! On peut y arriver, juste garder en tête qu’ un musulman ne ment pas !

Crédit photo : Thomas Delattre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login