Accueil » Société » Faits de société » Grand Magal de Touba : alerte au riz en plastique

Grand Magal de Touba : alerte au riz en plastique

Un scandale majeur touche la vente du riz en Chine. Plusieurs médias suggèrent que des entreprises créent du faux riz à partir d’un mélange de pomme de terre et de résine synthétique. Il est impossible de distinguer ces fausses graines de riz en plastique avec de vraies graines lorsqu’elles sont crues. A la veille du Grand Magal la vigilance doit être de mise.

La Chine reste le plus grand producteur de riz au monde. L’Empire du milieu récolte plus de 200 millions de tonnes de riz par an et un grand nombre est exporté dans le monde entier.

Pourtant, les cuisiniers et consommateurs doivent se montrer prudents : non seulement, cet aliment contient des pesticides utilisés dans l’agriculture chinoise, mais selon le journal The Korea Times, le riz peut également être fabriqué de façon artificielle. La fécule de pomme de terre est mélangé avec du plastique (la résine synthétique, par exemple) et prend ensuite la forme d’un grain de riz.

Les grains sont ensuite cuits à la vapeur avec un arôme de riz typique. Les médecins tirent la sonnette d’alarme contre la consommation de ce produit artificiel : trois portions pleines contiendraient apparemment autant de plastique qu’un petit sachet en plastique. Un média chinois explique que lorsqu’on fait une soupe avec ce riz en plastique, alors cela forme une sorte de pellicule en plastique sur la soupe. Et quand on brûle cette pellicule, alors il brûle exactement comme du plastique. Les experts médicaux estiment que si des gens consomment ce riz en plastique, alors il risque de faire des ravages dans leur système digestif. Un constat alarmant !

Avec ces astuces simples, vous pourrez déterminer si votre riz est naturel ou bourré de plastique :

Le test de l’eau

Versez une cuillère à soupe de riz cru dans un verre rempli d’eau froide et mélangez vigoureusement. Si le riz tombe au fond du verre, tout va bien, si au contraire il flotte à la surface, soyez vigilants, car il contient sûrement du plastique !

Le test du feu

À l’aide d’un briquet et d’une allumette, brûlez une poignée de riz. Si ce dernier prend feu et dégage une odeur de plastique brûlé, vous savez quoi faire ! Ne le mangez surtout pas !

Le test du mortier et pilon

Lorsque vous moulez quelques grains de riz avec un mortier et pilon, la poudre doit être bien blanche. Pour le riz artificiel, vous apercevrez une décoloration jaune à la place.

Le test de moisissure

Si vous voulez être sûr que vous ne risquez rien avec votre riz cuit, mettez-en une petite quantité dans un tupperware et laissez-le à un endroit chaud. Dans quelques jours, de la moisissure devra apparaître, sinon c’est que votre riz est artificiel.

Ces graines de riz en plastique ne seraient pas le premier scandale alimentaire qui touche la Chine. En 2010, on avait déjà une entreprise qui ajoutait du parfum à du riz ordinaire pour le faire passer pour du riz Wuchang qui est de qualité supérieure. Et en 2008, on avait trouvé de la mélamine dans du lait pour enfant et 6 enfants étaient morts à cause de ce scandale tandis que 300 000 autres avaient souffert de sérieux problèmes rénaux.

L’alerte est lancée ! A la veille du grand Magal de Touba et du Gamou à Tivaouane en décembre, le riz sera consommé à gogo au Sénégal. Il n’y a rien de mieux que notre riz local, riz de la vallée, sain et naturel, alors arrêtons de saliver sur le riz dit « parfumé » venu d’ailleurs et consommons notre propre riz pour préserver la santé de nos populations. Le riz local se digère très bien et très vite, son taux de sucre est très bas, et en le consommant nous contribuons à l’économie nationale, alors le choix est vite fait. Certaines évoquent la difficulté à le faire cuire, mais il suffit juste de le tremper quelques minutes pour le ramollir un peu avant de le cuire à la vapeur ou alors pour du riz blanc. Il faut aussi savoir que ceux qui font du profit n’ont aucun scrupule et se soucient peu de ce qui est mauvais pour la santé, leur but c’est faire du profit un point c’est tout. C’est à nous donc, consommateurs, de préserver notre santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Login